Vous trouverez ici :

Un article sur l'apport de Django.

Des liens vers l'internet pour mieux connaître Django et sa musique. 

Le premier Quintet du Hot Club de France avec Stéphane Grapelli et Django au premier plan; Joseph Reinhardt, Louis Vola, Eugène Vees au second plan.

 

Au delà de l'effet de mode actuel, musicalement , quel est le réel apport de Django ?

 

D'un point de vue jazz et gadjo (c'est -à-dire non manouche), la révolution Django tiendrait en 5 points.

1. Nouvelle musique . 

Au contact du jazz européen et américain, il est  le génial inventeur d'un style unique:  c'est ce qu’on appelle depuis les années 2000 le « swing manouche ».Avant on disait : « swing » ou « jazz français » ou « du Django » . L’appellation anglaise est plus ancienne et plus exacte: « Gypsy swing ».

C'est une musique tonique où le swing et l’improvisation très expressive, et la recherche du son personnel et original,  éléments  essentiels du jazz,  tiennent une large place. Django fut un improvisateur hors du commun et un compositeur prolifique.(1)(2). 

La question est de savoir si on peut vraiment parler d’un mélange de la culture tzigane et du  jazz à propos de son invention. Ce qui intéressait surtout Django, c’est le jazz, pas la musique « folklorique » tzigane . D’ailleurs existe-t-il une musique Tzigane? Il jouaient et continuent à jouer de tout mais à leur façon. Quelle est cette façon?   

2. Nouvelle technique. Mais de plus, c'est une musique intimement liée à l'apparition d'une technique guitaristique nouvelle. Car suite à l' incendie de sa roulotte, une nuit de l'hiver 28-29, Django est brûlé très sévèrement. Il ne lui resta que les deux doigts et le pouce de  la main gauche valides!  Ainsi, à force de travail, il a sublimé son handicap et développé une approche instrumentale innovante qui régénère la façon de jouer de la guitare. Quant à sa main droite elle est tout aussi légendaire par son fameux coup de plectre et sa rythmique unique. Et c'est ici qu'intervient tout le génie de Django.(3) Django a donc donné ses lettres de noblesse à la guitare acoustique non seulement comme soliste en jazz mais aussi, comme rythmique: c’et la fameuse « pompe »: le soliste et le pompiste sont inséparables dans le système Django. (voir plus bas). Django est le premier guitar hero. 

3.Nouvel instrument . Jouant au départ sur une guitare-banjo, son style s'est principalement développé sur une nouvelle forme de guitare : le modèle jazz de Selmer-Macaferri, appelé désormais « guitare manouche ». Plus grand diapason, caisse plus ample et découpée commençant à la 14eme case, barrage spécifique, chevalet posé sur table bombée,  sans oublier les moustaches...c'est la recette de la guitare typique archisèche manouche. Bien qu'ayant joué à la fin de sa vie de la guitare électrique (peu) et surtout sur sa Selmer électrifiée avec le micro « Stimer », la célébrité de Django et de sa musique s'est construite surtout sur la mise en valeur de la guitare acoustique dans le jazz.

4.Nouveau son. Tout cela donne le fameux son Django, révolutionnaire et reconnaissable entre tous. Toujours copié, jamais égalé(4), 

5.Nouvel ensemble : le quintet de jazz à cordes. 

Grâce à la présence de Stéphane Grappelli, le plus grand violoniste de jazz, le couple violon-guitare, rarement utilisé jusque là en jazz, va devenir une référence historique elle aussi. Ce duo complété par une rythmique à cordes (deux  « pompistes » et une contrebasse) donne à cet orchestre un son typique, issu bien sûr, de la tradition tzigane: c'est la première version du Quintet du Hot Club de France (QHCF), et qui est la plus connue. Dans cet orchestre, outre les deux solistes exceptionnels , le rôle de la pompe participe grandement au son particulier de l’orchestre: soutien rythmique continu et harmonies de base servent de mise en valeur des solistes.Du jazz sans tambour ni trompette!

 Luc D  Mai 08

 

 

 

Bibliographie.

(1)Pour la biographie et l'analyse ethnographique et musicologique de l'oeuvre de Django, voir le livre d'un grand spécialiste de la culture tzigane: « Django », P. Williams, Ed. Parenthèses, Marseille et www.etudestsiganes.asso.fr

(2)Pour un relevé méthodique des compositions de Django: « The ultimate Django's Book »,  M.Robin et J.P.Wattremez, Ed. Bookmakers international, Clamart;

(3)Pour une étude technique de la guitare manouche: « L'Esprit manouche », Romane et Derek Sebastian, Ed.Carish-Musicom, Paris.

(4)Pour les enregistrements le plus connus de Django: collection « Djangologie » disponible à la Médiathèque.

Django et sa Selmer électrifiée avec un micro magnétique Stimer.

Liens vers l'internet pour mieux connaître Django et sa musique.

Django vu par ses proches:

https://www.youtube.com/watch?v=QdNLzz1OgSw